Résultats annuels 2019

Résultats annuels 2019

Les résultats financiers en 2019 ont été positifs, grâce à un bon résultat opérationnel

  • Le résultat opérationnel récurrent atteint les 85,3 millions d’euros
  • La dette économique diminue de 89,6 millions d’euros
  • Le nombre de voyageurs (+3,9%), la satisfaction des clients (+11%) et la ponctualité (+3%) continuent de progresser
  • 604,6 millions euros d’investissements pour le service aux voyageurs
  • Les résultats financiers de l’année 2020, avec l’impact de la crise du COVID-19, seront toutefois autres. L’impact budgétaire est à ce stade estimé à une perte de 70 millions d’euros de recettes commerciales par mois depuis le début de la crise.

Les éléments ci-dessous, tels qu’approuvés par le Conseil d’administration de ce jour, concernent l’année 2019. Ils ont pour seul objectif de faire une rétrospective sur l’année dernière. La réalité d’alors n’est plus celle d’aujourd’hui, en raison de la crise du COVID-19.

Depuis le 16 mars dernier, la SNCB a en effet commencé à réduire son offre de trains en raison de cette crise et le 23 mars, elle a mis en place, avec Infrabel et le Gouvernement, le Service de Trains d’Intérêt National. Depuis lors, la SNCB ne transporte plus que 10% de passagers par rapport à la normale (qui était de plus 900.000 voyageurs par jour). Le taux d’occupation des trains est quant à lui de l’ordre de 4 à 5%. En termes financiers, cela représente une perte de 70 millions d’euros de recettes commerciales par mois en tickets et en abonnements.

Concernant 2019, voici les principaux résultats : 

  1. Poursuite de l’assainissement financier

La santé financière de la SNCB s'est améliorée en 2019.

Les produits d'exploitation ont augmenté de 2,3% pour atteindre 2,61 milliards d'euros. Les charges d'exploitation ont quant à elles atteint 2,53 milliards d'euros. Ces charges comprennent les coûts liés à la transformation de l'entreprise et à la migration des systèmes informatiques.

Grâce à l'augmentation continue du nombre de voyageurs en train, et tenant compte des coûts de transformation engagés en 2019, l'EBITDA cash récurrent atteint 85,3 millions d'euros[1]. En raison d’une diversité de produits, dans laquelle tant le déplacement de navetteurs que celui de voyageurs occasionnels (billets standards) affichent de bons résultats, la recette unitaire moyenne par voyageur continue de s’améliorer (+1,5%).

Grâce à ces résultats opérationnels positifs, la dette économique a été réduite à hauteur de 89,6 millions d’euros et s'élevait fin 2019 à 2,286 milliards d’euros, c’est-à-dire 151 millions d’euros en-dessous de l’objectif défini par le gouvernement en 2017 (2,437milliards d’euros).

2. Le nombre de voyageurs, la satisfaction clients et la ponctualité sont en progression

Pour la troisième année consécutive, l’augmentation du nombre de voyageurs a dépassé les 3,5% et a atteint 3,9% en 2019. Cette croissance concerne toutes les catégories d'utilisateurs: des navetteurs se rendant au travail ou à l'école aux voyageurs de loisirs.

En 2019, la satisfaction des clients a augmenté de 11% pour atteindre 67%. Des résultats à épingler concernent les accompagnateurs de train (88,1%), les informations en gares (+13%), ainsi que dans les trains (+12%). L'offre supplémentaire du Plan de transport 2017-2020 et la ponctualité étaient aussi mieux notées.

En 2019, la ponctualité a atteint les 90,4%, ce qui représente une augmentation de plus de 3% par rapport à 2018, soit le meilleur résultat depuis 2015. Un important focus sur les premiers départs, une bonne coordination des travaux entre la SNCB et Infrabel et une augmentation du nombre de voies entre Bruxelles et Gand sont quelques exemples porteurs de résultats. Par ailleurs, 2019 a comptabilisé moins de gros incidents impliquant des tiers.

Pour la troisième année consécutive, l’augmentation du nombre de voyageurs a dépassé les 3,5% et a atteint 3,9% en 2019.
Pour la troisième année consécutive, l’augmentation du nombre de voyageurs a dépassé les 3,5% et a atteint 3,9% en 2019.

3. Des investissements dans la rénovation des gares et l’entretien du matériel roulant

En 2019, la SNCB a investi 604,6 millions d’euros, principalement dans la modernisation des gares et ateliers, ainsi que dans l’entretien et l’achat de matériel roulant.

Les réalisations 2019 concernent, entre autres, la gare de Liedekerke, une nouvelle passerelle en gare d’Ottignies, la fin des importantes rénovations de la gare de Bruxelles-Nord et un nouvel accès direct entre la gare de Brussels Airport et le Business District de Zaventem.

La SNCB continue de faire évoluer ses gares en hubs intermodaux pour passer aisément d’un mode de transport à l’autre.

La capacité des parkings voitures et vélos s’élargit (jusqu’à respectivement 73.700 et 107.150 places) et la signalétique en gare s’adapte pour indiquer plus clairement comment se rendre aux quais ou prendre rapidement le bus, le tram ou le métro. Les canaux de vente aussi évoluent. En 2019 en gare de Namur, la SNCB a inauguré ses guichets nouvelle génération - plus modernes, clairs et accueillants -, avec une évolution du rôle de guichetier vers celui de guide en mobilité.

En 2019, le taux de disponibilité du matériel ferroviaire a atteint 84,7 %, soit le chiffre le plus haut depuis 2013. Plus de trains sont ainsi disponibles pour le service des trains, ce qui est essentiel face à l’augmentation constante du nombre de voyageurs. Ceci, entre autres, grâce aux investissements dans un entretien toujours plus performant et efficace. La SNCB œuvre également à une rénovation complète de ses ateliers. L’exemple le plus marquant en 2019 fut l’ouverture officielle du nouvel atelier de Melle, l’un des ateliers les plus vastes et les plus modernes de la SNCB. Grâce à une nouvelle méthode de travail (TIM), les trains sont entretenus en moyenne tous les dix jours, et ce en à peine quatre heures. Rien qu’à Melle, cette nouvelle méthode de travail permet de disposer quotidiennement de huit trains supplémentaires pour le service des trains, soit 2.200 places assises par jour.

En 2019, la SNCB a investi 604,6 millions d’euros, principalement dans la modernisation des gares et ateliers, ainsi que dans l’entretien et l’achat de matériel roulant.
En 2019, la SNCB a investi 604,6 millions d’euros, principalement dans la modernisation des gares et ateliers, ainsi que dans l’entretien et l’achat de matériel roulant.

 4. L’accessibilité pour tous

Autre objectif prioritaire pour la SNCB : l’accessibilité pour tous. Dans cet esprit, l’entreprise a installé en 2019 une nouvelle cellule 100% dédiée aux personnes à mobilité réduite, avec une vision transversale à toutes les Directions qui travaillaient déjà sur cet aspect essentiel.

 La SNCB collabore aussi avec Infrabel au rehaussement des quais afin que tous les voyageurs puissent embarquer plus facilement dans le train. Ces travaux ont été achevés en 2019 dans les gares d’Alost et de Liedekerke et plus récemment en gare de Marbehan.

 5. Des collaborations culturelles et associatives

En 2019, la SNCB s’est associée avec le « Museum Pass » dont les détenteurs peuvent, depuis septembre dernier, bénéficier de cinq billets de train aller/retour à moitié prix.

En attendant le début des travaux d’aménagement du nouveau siège de la SNCB à Bruxelles sur le site de l’avenue Fonsny, l’opérateur ferroviaire a mis, depuis fin 2019, une partie de l’espace de l’ancien Tri Postal à disposition temporaire de l’asbl communa, après le lancement d’un appel à projet. La SNCB participe ainsi au redéploiement de ce quartier de la zone Bruxelles-Midi.

Depuis juin 2019, sur proposition de la SNCB, Child Focus peut recourir aux écrans digitaux présents dans les gares et à bord des trains. Les avis de disparition de mineurs sont donc désormais aussi diffusés sur les écrans dans les trains et les gares.

 6. Un recrutement permanent

Au 1er janvier 2020, la SNCB comptait 17.539 collaborateurs (équivalents temps plein), par rapport à 17.703 début 2019. 

La SNCB continue à recruter activement et a engagé 1.300 nouveaux collaborateurs en 2019. L’entreprise n’a par exemple jamais recruté autant de femmes que l’an dernier. La diversité des engagements au sein de la SNCB se reflète aussi dans les différentes catégories d’âge, que ce soit chez les jeunes et les personnes de plus de 50 ans par exemple.

Malgré la crise actuelle liée au COVID-19, la SNCB a pour ambition de continuer à recruter via tous les canaux (aussi via vidéo conférence) pour tous les métiers : des conducteurs de train aux accompagnateurs de train, en passant par les techniciens.

Toutes les offres d’emploi à la SNCB sont disponibles sur la page sncb.be/jobs.

La SNCB a engagé 1.300 nouveaux collaborateurs en 2019 et continue à recruter activement, y compris via vidéo conférence en cette période de crise liée au COVID-19.
La SNCB a engagé 1.300 nouveaux collaborateurs en 2019 et continue à recruter activement, y compris via vidéo conférence en cette période de crise liée au COVID-19.

[1] Une partie de ce montant (25 millions d’euros) est transférée de la dotation d’exploitation vers la dotation d’investissement afin que les efforts de productivité de la SNCB puissent contribuer encore davantage à la croissance et à la modernisation du matériel roulant. L’EBITDA cash récurrent s’élève après ce transfert à 60,3 millions d’euros.

 

Elisa Roux
Elisa Roux Porte-parole SNCB
Vincent Bayer
Vincent Bayer Porte-parole SNCB

 

A propos de la SNCB

Avec plus de 900.000 voyageurs par jour (avant la crise du COVID-19), la SNCB veut être la solution pour une mobilité confortable et durable en Belgique. Son objectif : des clients satisfaits qui considèrent le train comme une solution évidente à leurs besoins en mobilité. La SNCB investit dès lors dans un mode de transport orienté client, dans des trains ponctuels et bien entretenus ainsi que dans des gares confortables, fonctionnelles et qui intègrent parfaitement les autres modes de transport intermodaux. La SNCB compte 18.400 collaborateurs qui, chaque jour, placent le client au centre de leurs préoccupations.